18 °C meteo-icon
 0 mm
 3.6 km/h
Menu

Futur cinéma de L'Isle-sur-la-Sorgue

Futur cinéma de L'Isle-sur-la-Sorgue

Bientôt votre cinéma à L'Isle-sur-la-Sorgue

INVESTIE DANS LE PROJET DE RÉHABILITATION DE L’ ÎLOT DE LA TOUR D’ARGENT, LA VILLE DE L’ISLESUR-LA-SORGUE DÉVELOPPE UNE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL AMBITIEUSE QUI ALLIE REQUALIFICATION PATRIMONIALE, ANIMATION CULTURELLE PAR LA CRÉATION D’UN CINÉMA ET LA VITALISATION DU CENTRE URBAIN.

Alors que de nombreuses études et rapports sur l’évolution des villes moyennes en France évoquent une perte de vitalité des centres urbains – et ce particulièrement dans le département de Vaucluse - la Ville de L’Isle-sur-la-Sorgue fait le pari d’investir dans son coeur de ville. Plusieurs axes composent sa politique : relations continues avec les commerçants, opérations de communication et d’animations, travaux de requalification mais aussi grands projets d’aménagement.

Le projet de réhabilitation de l’îlot de la tour d’argent a pour ambition de créer un équipement culturel et patrimonial structurant qui soit un lieu vivant et fréquenté, participant activement et tout au long de l’année à l’animation de la cité. Alors que certaines villes font le choix de soutenir le développement commercial en périphérie de leur centre ancien, la Ville de L’Isle-sur-la-Sorgue défend le projet d’implantation de cet équipement en coeur de ville, dans un ensemble bâti existant ancien et pour partie classé. Ce projet est l’opportunité de maintenir l’activité économique, le lien social et la mixité du centre-ville.

Le projet de réhabilitation de l’îlot de la tour d’argent prévoit notamment :
• des travaux de restauration de la tour d’argent dirigés par le cabinet « Architecture et Héritage » de juillet 2019 à décembre 2020. Objectifs : requalification de la tour du Moyen-Âge, création d’un équipement patrimonial unique en France, la camera obscura.
• des travaux de construction du futur cinéma dont la livraison est attendue en décembre 2021.

Un cinéma en centre-ville, pourquoi ?
L’ambition de créer un cinéma en centreville s’inscrit dans une politique générale de l’État visant à soutenir les cinémas des villes moyennes en octroyant prioritairement, à travers le Centre National de la Cinématographie (CNC), des aides sélectives pour les cinémas de une à trois salles, implantés en coeur de ville. Véritables lieux de vie, les cinémas font désormais leur retour en centre-ville pour être au plus près du public urbain, offrir des services, une programmation riche et originale. Généralement pourvus d’une identité architecturale propre, ces cinémas se distinguent des multiplexes de périphérie en offrant plus de proximité, de convivialité et de lien. En s’installant à nouveau en centre urbain, les cinémas répondent aujourd’hui à une attente d’authenticité de la part du public. Une étude de marché, estime la fréquentation prévisionnelle de l’équipement à 95 000 entrées par an, confirmant le choix de la localisation en centre-ville.

Un cinéma en centre-ville, comment ?
Il aura fallu plusieurs années à la Ville pour concrétiser ce projet d’équipement en coeur de ville considérant son intégration au sein d’un îlot composé de bâtiments anciens,
pour partie classés au titre des monuments historiques, et appartenant à différents propriétaires. Convaincue que la localisation du cinéma en centre-ville était pertinente, la Ville s’est vue confortée dans ce choix par l’obtention du soutien financier de la Région SUD Provence Alpes Côte d’Azur à hauteur de 30% du montant du projet. Conçu comme un lieu de vie sociale et culturelle, le cinéma du centre-ville sera abrité dans un lieu d’exception ce qui lui conférera une identité forte et reconnaissable aux yeux du public. Lieu de rencontres entre habitants et acteurs du territoire, cet équipement aura pour vocation de favoriser les échanges, la transmission des savoirs et la cohésion sociale.

La volonté de la Ville de L’Isle-sur-la-Sorgue de disposer, au coeur de la cité, d’un pôle culturel, touristique, d’enseignement, d’exposition et de travail aux côté du Café culturel FMR permettra au cinéma de s’inscrire dans une complémentarité d’offres. Il sera en cohérence et correspondance avec les différentes entités : les dimensions patrimoniales, culturelles et de divertissements se répondront l’une à l’autre en contribuant à l’attractivité de l’îlot de la Tour d’Argent.

Un cinéma en centre-ville, quand ?
Démarrage des travaux : printemps / été 2020
Livraison et ouverture : décembre 2021

 

Contexte juridique et administratif

Le 12 octobre 2018, un appel à projet a été lancé par la Ville de L’Isle-sur-la-Sorgue dans le but de retenir un candidat chargé de l’aménagement et de l’exploitation du futur cinéma. La Ville ambitionnait de retenir un candidat viable tant économiquement qu’en termes d’exploitation et dotés de solides références pour garantir la pérennité de l’activité. La volonté était
celle de retenir un exploitant en capacité de proposer une programmation de qualité, comprenant notamment une part de diffusion de films de type Art & Essai et de développer une politique d’ouverture à différents publics notamment scolaires. L’appel à projet lancé par la Ville invitait également les candidats à se prononcer sur le parti pris architectural du projet. Au
terme d’une procédure de sélection pilotée par la commission municipale culture et patrimoine, la SARL Trévans a été retenue.

Présentation de la SARL TREVANS

La SARL Trévans, est située à Digne-les-Bains. Son objet est de définir les orientations, porter le développement des projets et accompagner les différentes filiales tant dans leur démarche de développement que d’exploitation. La société Trévans dispose d’une force d’achat de films et d’évènementiels importante et de ressources ainsi que d’une capacité à développer l’exploitation cinématographique en apportant les garanties nécessaires. À l’image de ses différents cinémas, le cinéma de L’Isle-sur-la-Sorgue bénéficiera de l’expertise du groupe Trévans constitué des acteurs suivants :

  • JEAN-CHRISTOPHE BENBAKIR  Gérant de la SARL Trévans / Programmation cinématographique, relations institutionnelles et développement
  • JULIEN BARBIER Directeur de l’exploitation, communication
  • GENEVIÈVE BOGAERT Directrice gestion administrative et contrôle de gestion
  • VALÉRIE BOUDOIRE Politique Culturelle Ciné Espace Evasion

 

LE SAVOIR-FAIRE TRÉVANS
Groupe Trévans
2 filiales, 4 établissements, 22 salariés, 304 361 spectateurs

Quatre cinémas sont actuellement exploités par la société Trévans :

  • Ciné Toiles - Digne-les-Bains – construction et exploitation 107 503 spectateurs, 6 salariés
  • Le Luberon – Pertuis – réhabilitation et exploitation 87 204 spectateurs, 5 salariés
  • Ciné Ubaye – Barcelonnette – exploitation 32 541 spectateurs, 2 salariés
  • Le Lumière - La Ciotat– exploitation 77 113 spectateurs, 5 salariés

PROJET D'EXPLOITATION À L'ISLE-SUR-LA-SORGUE

Projet culturel et programmation cinématographique

La politique de programmation exigeante et équilibrée (grand public et Art & Essai) développée par Trévans ambitionne d’offrir un large choix de films en sortie nationale qui séduira à chaque séance l’ensemble des publics.

Le positionnement du cinéma renforcera l’offre globale cinématographique en proposant :
• des films commerciaux et/ou orientés vers un public familial
• des films classés Art & Essai, Recherche et Découverte et/ou en version étrangère sous-titrée
• des films adaptés au jeune public, aux seniors, séances adaptées pour les personnes déficientes visuelles et auditives
• des cycles ou rétrospectives de films du Patrimoine (Ciné-Club)
• une programmation spécifique de films et de documentaires en fonction du sujet, de la thématique ou d’un événement local ou national
• une programmation en faveur du territoire, tournée vers les acteurs éducatifs, associatifs et économiques
• des films ayant un intérêt pédagogique pour les enfants en complément des dispositifs nationaux pour les scolaires
• un concept « Ciné Goûter » sur la base de films labellisés Art & Essai pour le jeune public de 3 à 7 ans avec des ateliers ludiques et/ou un goûter,
• un festival de courts-métrages, de manifestations événementielles (festival de cinéma Télérama, Play It Again – films de répertoire etc.), des opérations nationales (fête du cinéma, rentrée du cinéma, etc.).

Cette déclinaison, proposée par Trévans, est un socle appelé à évoluer et à se décliner pour répondre aux attentes et besoins identifiés ou à venir afin que les spectateurs puissent de manière individuelle, accompagnés ou en famille se divertir, se cultiver, se rassembler. La meilleure adéquation en termes d’offres cinématographiques sera ainsi proposée. Cette pluralité dans l’offre de programmation correspondant à un positionnement de proximité, d’accessibilité et de qualité, proposera chaque semaine une sélection adaptée
de films pour les différents publics. La société Trévans envisage d’obtenir le classement du cinéma en Art & Essai à l’issue de la première année d’exploitation et l’obtention de différents labels CNC « Recherche et Découverte », « Jeune Public » et « Patrimoine / Répertoire » viendront compléter cette politique de programmation (à l’image des établissements classés et labellisés de la SARL Trévans).

Ouverture & séances
La société Trévans propose d’ouvrir le cinéma toute l’année et sept jours sur sept. L’équipement proposera des horaires larges : du lundi au samedi entre 13h30 et 23h45 et le dimanche entre 10h et 23h45. Quatre séances par jour et par salles seront proposées et cinq séances par jour et par salle le dimanche toute l’année avec une offre de séances tous les jours.
La périodicité de la programmation sera hebdomadaire. Seront également proposés trois nouveaux films en sortie nationale par semaine (1 à 2 films supplémentaires «famille/grand public» pendant les vacances scolaires).

Tarification
La société Trévans proposera différents tarifs adaptés à tous les publics (réduit, enfants, séances du matin, CE, abonnements…)

Evènementiel & actions culturelles

Création d'un festival de cinéma d'art

Dès la première année, la société proposera un festival de cinéma d’arts propre à L’Islesur- la-Sorgue. S’appuyant sur la diversité des propositions culturelles et sur le patrimoine de la ville, un festival de cinéma annuel sera proposé à la confluence de plusieurs modes d’expression. Cinéastes, mais aussi écrivains, musiciens ou encore architectes seront les invités de la manifestation durant laquelle ils évoqueront la place que le cinéma occupe dans leur pratique artistique comme dans leur vie d’homme ou de femme.
La proximité du centre d’art CAMPREDON invite naturellement à privilégier dans la programmation :
• les oeuvres d’artistes qui travaillent les rapports qu’entretiennent le cinéma et la photographie (images fixes/ images animées) s’appuyant sur la longue tradition de cinéastes photographes tels que Raymond Depardon, Agnès Varda, Abbas Kiarostami
• le travail d’artistes qui font dialoguer cinéma et art contemporain, alliant films de fiction, documentaires, photographies et/ou installations vidéo, à l’image de Clément Cogitore, Khalil Joreige et Joana Hadjithomas, Peter Greenaway, Bertrand Bonnello, Sophie Calle, artistes qui convoquent, pour certains, des disciplines telles que l’archéologie, l’histoire, la géologie… etc.
• Projections, rencontres, tables rondes, expositions, lectures témoigneront d’une cinéphilie vivante qui fait dialoguer les modes d’expression.
À travers rétrospectives, cartes blanches, programmations thématiques, le public pourra découvrir des oeuvres singulières et s’interroger sur les différentes formes de cinéma, les nouveaux modes de visionnage des oeuvres et l’avènement de nouvelles formes de créations audiovisuelles comme la réalité virtuelle.

Réalité virtuelle

Des origines du cinéma jusqu’à la révolution numérique, un espace sera dédié à la réalité virtuelle. Cette technologie permet de reproduire artificiellement une expérience
sensorielle, en immergeant les personnes dans un environnement créé numériquement. La possibilité de filmer à 360 degrés permet aujourd’hui le développement de la création de ce type de films proposant aux spectateurs de s’y plonger. L’action ne se déroule plus seulement devant eux, mais tout autour d’eux. De même, il est possible de proposer du contenu interactif avec une sensation d’immersion décuplée. Le spectateur devient acteur. Une dynamique d’innovation sera maintenue pour offrir des contenus soigneusement sélectionnés (en excluant les jeux vidéo) et un panorama des possibilités de la réalité virtuelle. Il est tout à fait envisageable que la réalité virtuelle transforme l’industrie du cinéma en devenant une offre complémentaire ou même de remplacement (des lunettes 3D par des casques VR).
Ce service représentera aussi une connexion avec les pôles de l’îlot de la Tour d’Argent en se positionnant comme un prolongement faisant le lien entre la représentation numérique de notre proche environnement extérieur et l’ouverture virtuelle au monde.

Label Arts & Ciné

Le label « Arts & Ciné » (lorsque les différentes formes d’Art se synthétisent et s’expriment au cinéma) sera l’outil de médiations culturelles ou de diffusion de contenus hors films (opéra, théâtre, concert, etc.). L’entrée du cinéma valorisera les espaces dédiés tant dans une dimension culturelle que d’accueil du spectateur. Des espaces d’exposition ou d’ateliers donneront une résonance hors l’écran à un film projeté, à un sujet d’actualité, à la découverte d’une thématique ou d’une initiative locale, d’un artiste, d’une association, etc. De manière complémentaire, le cinéma exprimera sa pleine mesure en favorisant l’échange avec et entre les spectateurs (Ciné Rencontres, Ciné Découvertes etc.).

Activité de médiation culturelle

La volonté de Trévans est de s’inscrire pleinement dans la politique culturelle de la ville en synergie avec les différents services des collectivités locales. La participation active à la
saison culturelle de la ville est envisagée au travers d’une mise en réseau des équipements.

Accompagnement des spectateurs
Différentes actions de communication seront réalisées autour de films ou de spectacles pour soutenir leur programmation. En complément des collaborations qui seront menées, en développant des partenariats récurrents avec les acteurs culturels, associatifs et économiques, et dans le cadre de la politique d’exploitation, de participation à la vie locale, les différentes structures privées, associatives et collectivités locales seront accompagnées comme des véritables partenaires dans la réalisation de projets par un apport technique, logistique et par un accès privilégié aux distributeurs de films

AMÉNAGEMENT DU CINÉMA

Accès

Dans le cadre de sa proposition, la société Trévans a offert une proposition architecturale d’intérêt qui tient compte, notamment, du fonctionnement et des visites projetées au sein de la tour d’argent. La société Trévans, en analysant la structure urbaine et l’environnement immédiat, s’est en effet intéressée à une hypothèse de circulation consistant à accéder au
cinéma par le passage couvert situé dans la rue de la république. L’entrée s’organisera donc par la Cour de Brancas.

Salles de cinéma
Le projet repose sur la création de trois salles de cinéma totalisant 378 places :
• Salle 1 : 196 places
• Salle 2 : 102 personnes
• Salle 3 : 80 personnes

Les équipements proposés sont de dernière génération (projecteur, sonorisation etc.). Un
aménagement supérieur sera réalisé en termes de confort et de prérequis techniques
préconisés par la Commission Supérieure Technique de l’image et du son (CST). La grande
salle sera équipée de fauteuils club.

FINANCEMENT

Au travers de son offre, la société Trévans a manifesté sa volonté de s’inscrire dans une exploitation durable de l’équipement et propose une participation substantielle au montant des travaux. Outre la prise en charge des équipements techniques du cinéma (projecteur, écrans, sonorisation, fauteuils etc.), l’exploitant financera également une partie des travaux de construction.
La Région SUD Provence Alpes Côte d’Azur poursuit son soutien à la réhabilitation de l’ensemble patrimonial de l’ilot de la Tour d’Argent. Dans la continuité de l’aide régionale
attribuée pour la rénovation de la Tour d’Argent, une subvention financière de la Région de 30% du montant des investissements de l’équipement est attendue.