23 °C meteo-icon
 0 mm
 10.8 km/h
Menu

Des masques en tissu fabriqués par des bénévoles

Un projet bénévole a vu le jour dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid19 pour permettre la fabrication à grande échelle de masques de protection grand public en tissu pour les l'islois.

Sous l’impulsion collective d’un médecin, d’une association et d’une commerçante et avec l’appui de la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue, un projet bénévole a vu le jour dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid19 pour permettre la fabrication à grande échelle de masques de protection grand public en tissu à destination des habitants. Un projet solidaire et social au service de la santé publique.

Le projet a été imaginé par le Docteur Régine Braouézec. Pédiatre à l’Isle-sur-la-Sorgue, le médecin observait les nombreuses initiatives de l’Islois et de l’Isloises se lançant artisanalement dans la confection de masques en tissu. Parmi elles, la Recyclerie les 3 ÉCO dirigée par Fatiha Ismaili qui réunissait un groupe de bénévoles (cf. encadré) et Amandine Audouard, commerçante du centre-ville qui fabriquait elle-même des masques et avait lancé un appel aux dons de tissu sur les réseaux sociaux. Imaginant fédérer toutes les bonnes volontés, le Dr Braouézec s’est tournée vers la mairie pour un appui logistique permettant la mise en commun du travail et la fabrication à grande échelle de masques grand public en tissu.

1er rang : Des couturières bénévoles à l'oeuvre
2e rang : de gauche à droite Amandine Audouard, gérante de la boutique Mirum Atticae, Rachel Lupano, couturière et blogueuse, Fatiha Ismaili, directrice de la Recyclerie les 3 ECO, Alain Parent, Président du Centre Social et Culturel La Cigalette, le Dr Régine Braouézec, pédiatre, et le maire Pierre Gonzalvez.

Mise en œuvre

Réussissant à fédérer plusieurs couturières volontaires, le trio a mis en place le projet la semaine du 6 au 10 avril. Pour ce faire, la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue a mis gracieusement à disposition la salle des fêtes, située avenue Napoléon Bonaparte. Partie prenante l’association les Femmes françaises œuvre également au projet.

Une quinzaine de couturières se sont réunies pour la première fois vendredi 10 avril dernier dans des conditions respectant scrupuleusement les consignes sanitaires : espace de travail sanctuarisé et dont la seule entrée exige une friction au gel hydroalcoolique / lingettes désinfectantes mises à disposition, espacement de plusieurs mètres entre chaque plan de travail, port du masque obligatoire, chaque espace de travail dédié à une seule couturière avec son propre matériel.

Une dizaine de couturières se réunissent désormais tous les après-midis du lundi au vendredi. Vingt-une autres sont par ailleurs associées au projet collectif, souhaitant toutefois rester à domicile. Le matériel utilisé est basé sur des dons et sur l’achat à titre personnel d’élastique par le Dr Braouézec. L’une des premières journées de travail a pu ainsi permettre la production de 180 masques. Cette production est le fruit d’une action citoyenne qui a pour seul objectif d’entrer en complémentarité avec les autres mesures (achats de masques par la Communauté de Communes Pays des Sorgues Monts de Vaucluse et la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue, moyens qui seront fournis par l’État et auto-confection des habitants à titre privé).

Quel type de masque ?

Un seul type de masque est fabriqué par les couturières associées à ce projet collectif. Il s’agit du masque barrière préconisé par l’AFNOR sur la base d’un référentiel de fabrication mis en ligne sur le site www.afnor.org. Pensé pour les néofabricants de masques et les particuliers, ce référentiel permet de concevoir un masque destiné à équiper toute la population saine, complétant ainsi la panoplie des indispensables gestes barrières face à l’épidémie de Coronavirus.

Harmonisant son projet, le collectif s’attache ainsi à suivre les exigences minimales de fabrication, de conception et de performance recommandées.

Modalités de distribution

La distribution des masques produits est réalisée au profit des l’Islois. Elle est centralisée par la Recyclerie les 3 ÉCO qui enregistre et traite les commandes. Pour faire part d’un besoin en masque, il convient d'envoyer un email à : les3eco(arobase)gmail(point)com  ou d’appeler le 04 86 34 31 31.

Important : ne pas se présenter à la salle des fêtes.

Rejoindre le mouvement des bénévoles

La configuration actuelle du groupe de bénévoles appelle au renforcement des compétences en couture. Toute personne ayant un savoir-faire dans ce domaine et souhaitant s’associer au projet de confection bénévole de masques grand public en tissu est invitée à se faire connaître en appelant Amandine Audouard au 06 80 55 39 61 (ne pas se présenter à la salle des fêtes).

Appel aux dons : deux lieux de collecte

Pour poursuivre la confection des masques, du matériel est toujours nécessaire : tissu en coton, élastique, fil etc. Vous souhaitez participer à l’action en faisant un don ? Deux lieux de collecte sont ouverts :

• Il est possible d’apporter du matériel directement à la salle des fêtes avenue Napoléon Bonaparte tous les après-midis.

• En outre, la collecte de tissu et matériel initiée en centre-ville par Amandine Audouard se poursuit : il est possible d’y déposer chaque jour ses dons devant le commerce La Coutellerie Le Pointu 2 rue de la République.

 

Recyclerie les 3 ECO
Investie depuis plusieurs semaines dans la confection de masques, l’association « la Recyclerie les 3 ECO » fédère des bénévoles particulièrement impliqué/es. Dès le lendemain de l’annonce du Président de la République sur les mesures de confinement, plusieurs bénévoles à domicile se sont en effet engagés dans la production de masques en tissu. Depuis, ce sont plus de 2 100 masques qui ont été produits et distribués aux habitants, particuliers, entreprises ou personnels soignants.

 

Le port de masque barrière ne doit pas exclure le respect des mesures barrières et de distanciation sociale.

 Retour