3 °C meteo-icon
 0 mm
 7.2 km/h
Menu

Cimetière

Vers une gestion écologique et durable des espaces verts

Cimetière

Depuis le 1er janvier 2017, la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue et l’ensemble des collectivités publiques en France n’utilisent plus de produits phytosanitaires pour l’entretien de leurs espaces verts, promenades ou autres voiries. Le « zéro phyto » est une conséquence directe de la loi Labbé qui interdit l’usage des pesticides dans les espaces accessibles au public.

À partir du 1er juillet 2022, le zéro phyto sera aussi la règle dans les cimetières.

Le zéro phyto est déjà une réalité dans la gestion des espaces verts publics de l’Isle-sur-la-Sorgue. Elle l’est tout autant – et par anticipation d’une obligation à venir en 2022 - pour ce qui concerne la gestion du cimetière. Un nouveau regard est porté sur cette dernière, que ce soit dans sa méthodologie ou dans ses objectifs, par un nouveau mode de gestion mis en œuvre désormais par le service des espaces verts.

Jusqu’à aujourd’hui, l’entretien du cimetière opposait de nombreuses contraintes : difficulté d’accès entre les tombes, nombreux pots de fleurs placés devant les tombes et gênant l’accès du matériel d’entretien ou encore une fonction « stockage » d’objets abandonnés tels que vieux pots et arrosoirs à l’arrière des tombes, encombrant ainsi ces espaces étroits.  

Un cimetière maîtrisé et non pas abandonné

Les « mauvaises » herbes n’existent pas. Celles que l’on appelle adventices ne sont, au final, que des plantes qui poussent au mauvais endroit. Si tout n’est qu’une histoire de regard à changer, avec l’arrêt de l’épandage de pesticides, la flore naturelle refait surface au cimetière municipal. Et c’est bien là l’objectif, laisser les allées secondaires et tertiaires se réenherber naturellement tout en limitant leur pousse sous un seuil acceptable. Des zones de tests sur les espaces intertombes et allées tertiaires verront prochainement le jour par la plantation de plantes de types couvre sol et/ou succulentes rampantes, telles que les sedums.

Autre stratégie en cours d’élaboration : le semis de prairie fleurie sur les plus larges espaces qui présente l’avantage de limiter le développement de plantes non désirées, d’offrir une richesse de variétés propices à la biodiversité et de proposer un cadre visuel agréable en noyant les adventices dans la masse colorée.

Enfin, des zones de paillage seront également mises en œuvre en phases test via la récupération des aiguilles de pin du cimetière.

Une vision écologique mais aussi durable pour notre environnement

L’espace naturel du cimetière est à préserver, aussi bien pour sa flore spontanée que pour sa faune, comme en témoigne la présence d’écureuils ou d’oiseaux divers. Pour ne plus avoir recours aux produits phytosanitaires, la Ville a mis en place fin septembre une dizaine de nichoirs à mésange dans les pins pour lutter  contre les chenilles processionnaires. En outre, d’ici la fin de l’année, un hôtel à insectes sera mis en place au sein même du cimetière dans le but d’agir favorablement sur la conservation de la biodiversité.

La protection de cette dernière, telle que visée par la nouvelle gestion des espaces verts du cimetière, passe aussi par la lutte contre les espèces invasives. Afin de limiter la prolifération du moustique tigre, les usagers du cimetière sont invités à remplir les vases et coupelles des pots de fleurs avec du sable gracieusement mis à disposition, sur place, par la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue.

Autre sujet majeur : la réduction de nos déchets.

Engagée dans la démarche « Zéro Déchet Plastique » avec la Région SUD, la Ville de l’Isle-sur-la-Sorgue met à la disposition des usagers du cimetière un espace situé à l’entrée et où il est possible de récupérer gratuitement des pots en terre en remplacement des nombreux pots en plastique. Un engagement collectif qui invite chacun à son niveau à agir et à s’investir.

Enfin, pour renforcer le couvert végétal du cimetière, la Ville plantera cet automne neuf arbres dans le prolongement de l’alignement de muriers. Une réflexion plus large est en cours : celle sur l’opportunité de planter des arbres sur les concessions abandonnées.