21 °C meteo-icon
 0 mm
 28.8 km/h
Menu

Lectures

Lecture des correspondances entre Albert Camus et Maria Casarès

Jeudi 12 mai 19h au parc Gautier
Lecture des correspondances entre Albert Camus et Maria Casarès par Nathalie Savalli, comédienne.

Au cœur du parc Gautier, la comédienne Nathalie Savalli propose une lecture d’extraits des échanges entre l’écrivain Albert Camus et l’actrice Maria Casarès tirés du livre « Albert Camus Maria Casarès – Correspondance 1944-1959 » sorti en 2017 aux éditions Gallimard. Une sélection de lettres parmi les 865 échangées entre les amants célèbres.

Plus de 55 ans après la disparition brutale de l'auteur de Caligula, de L'Étranger ou encore de La Peste, sa fille, Catherine Camus, publie les correspondances amoureuses que son père entretint durant 15 ans avec sa maîtresse et véritable Amour de sa vie, la non-moindre actrice Maria Casarès, dont les réponses furent passionnées. Débutant sous l'occupation et s'achevant avec le décès du prix Nobel de Littérature, ces lettres offrent une plongée sensible et émouvante dans la vie de la France intellectuelle de l'après-guerre et dans le cœur de celui qui en fut l'un de ses membres les plus importants.

Après un bref prologue, le lien se renoue quatre ans plus tard entre ces deux êtres. Un 6 juin, encore en 1948, ils se croisent par hasard Boulevard Saint-Germain. « Pourquoi le destin nous aurait-il mis l'un en face de l'autre une fois ? Pourquoi nous aurait-il réunis de nouveau ? Pourquoi cette nouvelle rencontre au moment où il le fallait ? » s'interroge Casarès (16 aout 1949).

L'auteur, qui vient de connaitre un succès littéraire avec La Peste (10 juin 1947), vit à Paris avec Francine et ses jumeaux nés en 1945, Catherine et Jean. La comédienne Maria Casarès se sépare de son dernier amant, Jean Bleynie. Malgré leurs vies respectives, tous deux ont décidé de rester ensemble malgré tout. « Oui, nous nous appartenons et rien, personne, ni nous-mêmes n'y pouvons rien. C'est ainsi et, pour moi, j'y trouve une sorte de joie sacrée. Oui, c'est bien le mot, si fort qu'il paraisse. Mon amour, tu m'aides à vivre, à triompher de ce que j'ai de mauvais ou de dispersé. Auprès de toi, je me rassemble enfin ».

Entrée libre

Direction Culture et Vie locale : 04 90 38 67 81

 Retour