3 °C meteo-icon
 0 mm
 18 km/h
Menu

RESTAURATION DES BERGES

Fin de travaux !

Fin 2020 / début 2021, le Syndicat Mixte Bassin des Sorgues (SMBS) a entrepris des travaux de restauration sur le mur-berge situé quai de la Charité – mur qui menaçait de s’effondrer dans la rivière – et sur le débarcadère du centre aquatique et sportif La Cigalette – ouvrage dégradé qui menaçait les pratiques de canoë-kayak et de joutes.

Les travaux sur le mur-berge quai de la Charité ont duré 3 mois et demi, de septembre à décembre 2020. Ils ont été menés par l’entreprise L’Atelier de la boutisse, qui a démonté l’ancien mur puis l’a reconstruit manuellement à l’identique, sur 50 mètres linéaires, en pierres maçonnées fondées sur boutisses et liaisonnées à la chaux hydraulique. L’opération a coûté 123 000 €TTC, co-financée à 20 % par le Conseil Départemental de Vaucluse et à 80 % par le Syndicat Mixte du Bassin des Sorgues. Les travaux sur le débarcadère du centre aquatique et sportif La Cigalette ont duré une semaine. Ils ont été menés par la société RMB. L’opération a coûté 13 300 €TTC, entièrement financée par le Syndicat Mixte du Bassin des Sorgues.

Une opération concertée

Ces projets de restauration ont été menés en étroite concertation avec la Ville de L’Isle-sur-la-Sorgue et la Communauté de Communes Pays des Sorgues Monts de Vaucluse (CCPSMV). La ville a su s’appuyer sur l’expertise du syndicat en termes de connaissance des Sorgues, pour monter le projet, sélectionner les entreprises et suivre les réalisations des travaux.

Restauration du débarcadère de la Cigalette

Les travaux ont consisté à démonter l’ouvrage existant (béton fondé sur pieux de soutènement) depuis le haut du quai, sans aucun engin dans le lit de la rivière. Ils ont permis de conforter et de stabiliser la berge, puis de refaire un nouveau débarcadère aux caractéristiques identiques de l’ancien, sur six mètres linéaires. La technique utilisée permet d’avoir un bord de débarcadère en bois d’un seul tenant, côté rivière, sécurisé et adapté à l’usage des embarcations. Ces travaux ont préalablement fait l’objet d’une autorisation réglementaire au titre de la loi sur l’eau et des incidences Natura 2000. La période de réalisation du chantier a été définie pour concilier les contraintes touristiques (travaux en dehors de la saison estivale), administratives (obtention des autorisations lois sur l’eau et Natura 2000 fin 2020), de débit (viser une période de basses eaux) et environnementales. Le chantier a duré une semaine du 1er au 5 février 2021.

Restauration du mur-berge quai de la Charité

Les travaux ont consisté à reconstruire manuellement le mur-berge en pierres maçonnées fondées sur boutisses et liaisonnées à la chaux hydraulique :

  •  installer le chantier et sécuriser l’emprise du projet ;
  •  abaisser la ligne d’eau hebdomadairement par manipulation des vannes de l’usine du pont des 5 eaux, en aval immédiat ;
  •  démonter, en deux tranches de 25 mètres, le mur berge existant avec récupération des pierres ;
  •  poser des fondations en boutisses (pierres massives) ;
  •  reconstruire manuellement le mur berge de type mur poids en pierres liaisonnées à la chaux ;
  •  créer des dispositifs de caches piscicoles au pied des 50 ml de mur confortés ;
  •  enduire et rejointoyer les pierres du mur berge ainsi reconstruit ;
  •  replier et nettoyer le chantier et la voirie attenante.

Ces travaux ont préalablement fait l’objet d’une autorisation réglementaire au titre de la loi sur l’eau et des incidences Natura 2000. La période de réalisation du chantier a été définie pour concilier les contraintes touristiques (travaux en dehors de la saison estivale), administratives (obtention des autorisations lois sur l’eau et Natura 2000 mi 2020), de débit (viser une période de basses eaux) et environnementales.

 Retour